PARADISE EN FEU

Chers amis, nous allons nous entretenir d’un sujet auquel chacun de nous s’intéresse. Du petit écolier qui fait ses premiers pas à l’école maternelle au vieillard qui pense anxieusement à demain, en passant par les jeunes gens scolarisés ou non, chacun est intéressé par le lendemain, chacun est intéressé par son avenir et travaille aujourd’hui pour pouvoir faire face à demain. Chacun de nous peut se demander : Que me réserve l’avenir ? Et que puis-je faire aujourd’hui pour le préparer ?

Nous allons voir quel avenir certains habitants d’une ville des États Unis d’Amérique ont espéré, comment ils ont travaillé dur pour cela, et ce qui est advenu de leurs espérances. Cette ville s’appelle Paradise. Elle avait environ vingt-six mille habitants et s’étalait sur près de 47 km2. Mais le 08 novembre 2018, un incendie a ravagé cette ville, laissant derrière lui des cendres, des pertes en vies humaines et des pertes matérielles estimées à près de neuf milliards de dollars.

Le nom donné à cette ville révèle déjà l’espérance que ses habitants avaient placée en elle. En effet, Paradise signifie Paradis. Ils avaient donc fait de cette ville leur paradis. Ils se sont donnés à fond, ont travaillé très dur pour bâtir ce qu’ils estimaient être un lieu de félicité. Mais nous voyons bien quelle a été la fin de tous ces efforts. Nous pouvons imaginer les chaudes larmes et la détresse qui ont été la part des habitants de cette ville en voyant partir en fumée le fruit de leur labeur infatigable. Nous pouvons même penser que certains ont été victimes d’arrêts cardiaques ou encore d’AVC en considérant une telle perte. En quelques instants, tout ce que ces personnes avaient passé leur vie à construire a été réduit en cendre !

Nous pensons peut-être que ceux-ci n’étaient que des “malchanceux” à qui cela est arrivé pour la première et la dernière fois dans l’histoire de l’humanité.

L’histoire des villes de Sodome et Gomorrhe, que nous lisons dans la Bible (Genèse 19), nous montre que ces villes également, contre toute attente de leurs habitants, ont été réduites en cendre. Et Dieu n’a sauvé qu’une seule famille de ces villes avant de les détruire par le feu. Lot, sa femme et leurs deux filles ont été sauvés, mais sans rien emporter de tous les biens qu’ils possédaient, sauf ce qu’ils pouvaient tenir dans leurs mains. L’œuvre de leur vie entière est partie en fumée.

Que dire de l’avenir du monde dans lequel nous vivons ?

Par la Bible, comme nous le lisons en 2 Pierre 3, 7, nous savons que le monde dans lequel nous vivons et les choses qui sont dans ce monde sont réservés pour le feu.

Et si c’était toi, la prochaine victime de telles pertes ?

L’histoire de Job nous montre bien que de telles pertes peuvent arriver à n’importe qui et n’importe quand, et que ce n’est pas du pessimisme de se poser une pareille question. Nous lisons à son sujet : « Il lui naquit sept fils et trois filles, il possédait sept mille brebis et trois mille chameaux, et cinq cents paires de bœufs, et cinq cents ânesses, et il avait un très grand nombre de serviteurs, et cet homme était plus grand que tous les fils d’Orient ». Mais en un jour, en quelques instants, il a perdu tous ses biens, y compris ses enfants (Job 1, 1-21).

En ce qui me concerne chers amis, je veux vous dire que j’ai part à un héritage incorruptible, qui est conservé dans les cieux ; c’est ma véritable patrie, et le pays pour lequel je suis en route. Je suis citoyen des cieux, et c’est là que se trouvent mes véritables biens. Si mes biens venaient à être brûlés ou perdus, comme ceux des personnes qui vivaient à Paradise, à Sodome et Gomorrhe, ou même comme ceux de Job, j’en ai d’autres qui sont de beaucoup meilleurs, et qui sont hors d’atteinte du feu, du voleur, ou de toute forme de catastrophe. Car j’ai part à ce que la Parole dit en 1 Pierre 1, 3-4, et en Matthieu 6, 20. Ma bourgeoisie est dans les cieux, comme nous lisons aussi en Philippiens 3, 20. Je suis citoyen des cieux, et c’est là que se trouvent mes véritables biens.

Cela veut-il donc dire que les biens terrestres ne sont d’aucune utilité ?

En Matthieu 6, 32-33, nous lisons au sujet des biens terrestres : « Votre Père Céleste sait que vous avez besoin de toutes ces choses. Mais cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus ». Il s’agit donc d’une question de priorité et non d’utilité.

Et si tu te demandes comment avoir part à de tels biens ?

Comme nous venons de le lire, c’est en cherchant premièrement le royaume de Dieu et sa justice que tu peux toi aussi avoir part à de tels biens. Et nous lisons en Jean 3, 3 et 5 que « si quelqu’un n’est pas né de nouveau, il ne peut pas voir, ni entrer dans le royaume de Dieu ». Pour avoir part à ces biens, il te faut donc naître de nouveau. Tu me demanderas peut-être : Comment naître de nouveau ? C’est en reconnaissant que tu es pécheur et en plaçant ta confiance d’une façon absolue en Jésus Christ et dans l’œuvre qu’il a accomplie à la croix pour t’emmener à Dieu que tu nais de nouveau.

Le Seigneur Jésus Christ, après avoir accompli tout ce qui était nécessaire pour que toi et moi ayons un avenir éternel dans les cieux, auprès de Dieu, est allé préparer une place à tous ceux qui croient en lui. Il revient bientôt pour les prendre auprès de lui, pour être avec lui pour toujours. (Jean 14,2-3).

Veux-tu continuer à être si occupé à préparer ton avenir terrestre au point de ne pas avoir une seule minute pour penser à ton avenir éternel ? As-tu oublié que ton avenir terrestre est incertain ? Et que le Seigneur Jésus a préparé pour toi un avenir éternel dans le vrai Paradis ? Et que pour avoir part à cela, tout ce que tu as à faire est de mettre ta confiance en Jésus Christ ?

L’avenir que Jésus Christ te donne est un avenir où il n’y a pas d’incendie, pas de vols, de pertes, de pleurs, etc. C’est un avenir dans la maison du Père, et c’est maintenant que tu dois choisir de l’accepter ou de le refuser.